La Puissance des Écrits & des Mots Magiques

Mis à jour : juin 1


Velour Cosmique


MISE EN CONTEXTE

L'objectif de cet article est de vous faire prendre conscience de l'importance capitale de lire et d'écrire même si l'ère numérique dans laquelle nous vivons nous présente la facilité auditive des podcasts et visuelle des vidéos. Il ne faudrait en aucun cas les dissocier, mais plutôt les associer. J'ai décidé de convier Fatim B. Diop, femme de lettre et douée dans la rédaction afin qu'elle puisse vous partager son ressentie en tant que autrice. Je l'ai rencontré au courant de la Saison II (2012) au cours de l'une de ces soirées festives que nous connaissons si bien à Tio'htià:ke (Montréal). Elle m'a toujours traité avec respect, considération et je tiens à préciser qu'elle fait partie de ces femmes qui ont une relation privilégiée et bienveillante (j'insiste là-dessus) avec les Personnes Intermédiaires dont les plus connu-e-s dans les communautés kamites (noir-e-s) de la ville étaient le trio choc Saint.Beauty of Cosmos composé de la Magicienne Originelle (Kazobinka), la Vierge Impératrice (Dushime) & du Mâjintà Cosmique | Guardians of The Gates (Kugaruka).


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE

RAPPEL HISTORIQUE

Représentation féminine de la Divinité Djehouty (Thot). Elle symbolise l'intelligence, la parole et l'écriture. Je tiens également à préciser que Hery, le bras-droit de Kemi Seba, s'est attribué le nom de Djehouty.


L'écriture fait partie intégrante des Peuples Nations Kamites (noir-e-s) puisque c'est nous qui l'avons inventé par la transription d'eléments naturels en une variété de symboles que nos ancêtres de l'ancienne égypte ont désigné par le terme de Medu Neter plus connu sous le vocable de Hiéroglyphes. L'héritage esclavagiste et colonial nous a fait miroiter que Alkebulan (Afrique) avait un historique marquée par l'obscurantisme. Or, lorsque vous lisez l'illustre Cheikh Anta Diop, Théophile Obenga, Runoko Rashidi, Ivan Van Sertima et bien d'autres auteurs / autrices, vous découvrez avec stupeur que Katiopa (autre nom de l'afrique) a toujours été majestueuse et à l'avant-garde en tant que pionnière de toutes les créations que nous pouvons observer aujourd'hui dans leurs versions occidentales y compris l'écriture. Lisapoyakama.org dans l'un de ses articles consacré à ce sujet présente les différents systèmes d'écriture qui ont existé sur Kamita (encore un autre nom de l'Afrique) dont le fameux Shümom dont je suis particulièrement admirative en raison de sa création par le Sultan Ibrahim Njoya de la Nation Bamoun au Cameroun et qui est l'une de mes inspirations. Les autres formes d'écritures que nous connaissons et qui se sont manifestées sont les suivantes : le Bété à Yahmessou [Côte d’Ivoire], le Mendé en Sierra Leone, les caractères Guez en Ethiopie, le Nsibidi entre le Nigéria et le Cameroun, le Gicandi au Kenya, le Loma, le Djuka, le Bassa, le Wolof, le Kpelle, le Fula Bâ, le Fula Dita, l'Oberi Okaime, le Mandinka, le Bisakara (Système d'écriture des Béti), les symboles Adinkra de la Nation Ashanti que je trouve fabuleux et bien évidemment le syllabaire Vaï matérialisé par Momolu Duwalu Bukele de Jondu au Libéria.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE

KUGARUKA

Kugaruka Nsoromma Ashé Sankofa, Août 2016 ©Uwayo Dushime


As above, so Below qui pourrait se traduire de cette façon : ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, les deux étant imbriqués l'un dans l'autre. Vous trouverez cette affirmation dans la verbalisation des paroles sacrées de Doumbi Fakoly. Il en va de même pour la Parole qui ne saurait être dissociée de son binôme l'Écriture. J'ai bien conscience du Don de l'Écriture que je possède faisant de moi la Plume d'Or, le Magicien du Verbe, le Grand Rédacteur Cosmique et la Grande Prêtresse des Mots Magiques. Avant que je prenne véritablement conscience de ce talent de prédilection, je naviguais entre le dessin, la mode et la photographie qui sont toujours présents en moi et qui fleurissent autrement parce que je me consacre à l'écriture dans toute sa splendeur. La toute première fois que mon potentiel créateur s'est matérialisé de façon magistrale, c'était en 2009 lorsque ma famille avait découvert ma Singularité en tant que Personne Intermédiaire. J'avais retranscrit sous forme lyrique la profonde affliction que je traversais à cette époque. Une personne (M. Touré) a également marqué positivement mon parcours académique en contribuant de façon constante et non négligeable entre la 5ème et la 2nd au collège André-Malraux (qu'il faudrait renommer d'ailleurs). Réputé pour sa grande sévérité dans la correction des copies, pour son sarcasme et sa maîtrise de la langue française, il m'a grandement aidé consciemment et inconsciemment à bâtir de solides fondations qui me permettent de structurer mes phrases et d'avoir un vocabulaire enrichi. Toutefois, je suis convaincu-e que ce qui fait l'unicité de mes écrits considérés comme divin par l'un de mes abonnés (je vous jure, c'est ce qu'il m'a écrit textuellement) résulte d'un élément déclencheur douloureux qui a transfiguré le caractère ordinaire de ma rédaction en une écriture stylistique et extraordinairement cosmique. J'ai le souvenir de deux instants où, j'avais cru je n'étais pas doué-e pour l'écriture parce que ma famille ne croyait pas nécessairement en moi de la façon dont j'aurais voulu qu'elle croit en moi. Les Dons Innés & Talents Naturels de quelqu'un sont généralement détectés par une tierce personne qui les perçoient souvent bien avant-même que la personne concernée en prenne véritablement conscience. Je savais que j'écrivais bien, mais était-ce suffisant pour faire de moi un brillant écrivain et avoir un impact considérable dans l'esprit des gens ? À l'époque je ne le savais pas encore, mais maintenant que je le sais vous comprenez l'une des raisons d'être de Kugaruka Nsoromma Ashé Sankofa.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE

FATIM B. DIOP

Fatim B. Diop, 2018 © Akim Soule


Quand j’étais plus petite je vivais à travers mes livres, je vivais dans mes livres. Je me créais des vies parallèles, pour pallier à la vie réelle que je refusais d’affronter. Puis j'en ai eu assez. J'ai fermé mon bouquin, j'ai levé la tête et j'ai arrêté de voir le monde à travers des œillères. J’ai commencé à vivre, à faire des rencontres, à découvrir le monde. Peut-être un peu trop tôt, trop vite. Mais toute une page s’est tournée. C’était magique. Seulement, c’était trop de changements, trop vite. À Montréal, je me sentais seule, même entourée. J'étais un spectre de moi-même, un spectre retenu par un semblant de vie, à une enveloppe charnelle vide de sens. Comme une marionnette, je tentais sans trop y croire de vivre une vie qui était à peine la mienne. Je me suis empreinte des personnes autour de moi, et je calquais leurs vies pour me donner une image car je n’avais vécu qu’à travers mes livres. J'étais un reflet, et non une personne à part entière avec une âme et une personnalité. Je tentais de vivre une nouvelle vie mais chaque nuit en me couchant, et à chaque réveil, je revenais à mes souffrances originelles, celles que j’essayais déjà d’ignorer en lisant toujours plus de fiction. Ces blessures ont créé comme un voile sur tous mes souvenirs heureux, et le voile gagnait continuellement en épaisseur. Je tentais constamment de soulever le voile, mais il ne cessait de s’alourdir. Un jour, j’ai même décidé de laisser ce voile couvrir mes souvenirs heureux et d’aller en bâtir de nouveaux. Ça n’a pas marché. Je continuais à vivre ma vie de loin. Il faut comprendre que, paradoxalement, j’ai toujours eu une grande sensibilité aux choses qui m’entourent; ça peut partir d’un arbre qui me rappelle un souvenir d’enfance, de l’air marin sur un catamaran qui évoque de beaux moments en famille, d’une chanson qui me donne la chair de poule, de la joie d’une amie… Tout a un sens, tout est important pour moi. Je suis hypersensible au monde qui m’entoure, et j’ai besoin de sentir des émotions pour me sentir vivre. Seulement, quand différentes émotions cohabitent et s’ajoutent les unes aux autres, au fur et à mesure des années des fissures se créent et, au bout d’un moment, le vase craque. Alors j’ai écrit. J’ai écrit pour vider ce vase qu’est mon cœur, j’ai versé sur le papier ce trop-plein d’émotions que je ne pouvais plus garder en moi. J’ai affronté les souffrances de mon enfance en les écrivant. Ça a duré des mois. Je butais sur chaque mot. J’en pleurais. Et un jour, j’ai réussi à tout écrire. Puis j’ai lu ces écrits. J’ai à cet instant réalisé qu’en les couchant sur le papier, en donnant un nom à des choses que j’osais à peine évoquer par mes pensées, je venais de les démystifier. Le voile s’est enfin levé. Je n’ai pas arrêté d’écrire depuis ce moment. Quand j’écris, chaque phrase, chaque mot, chaque lettre est à la fois scrupuleusement réfléchie et impulsive à la fois. Je crie ma rage sur le papier et j'y chante mes peines, je souris quand j'écris certains passages, et je pleure par moments. Comme tout artiste, j’écris du cœur. D’une thérapie, l’écriture est devenue une passion. Maintenant, j’écris pour mieux me souvenir des moments heureux de mon enfance, j’écris les vies parallèles que je m’imaginais, et les relis pour retrouver mon âme d’enfant, j’écris pour partager des émotions, j’écris pour décrire ce qu’une personne ressent mais n’arrive pas à formuler, j’écris pour mieux me souvenir, j’écris pour matérialiser mes objectifs, j’écris de joie comme de rage, j’écris pour vaincre mes peurs, j’écris pour mieux me souvenir d’un livre, j’écris autant pour mieux comprendre les autres, que pour mieux me comprendre moi. Je vis, et j’écris pleinement. Ma vie est faite de passions, d’écriture, de lectures à foison et de découvertes. Je ne survis plus, je sur-vis et je sur-vis, car j’écris.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE

Fatim B. Diop, 2020 ©Mandi Amoah



LA PUISSANCE DES ÉCRITS & DES MOTS MAGIQUES


En lisant Fatim B. Diop ainsi que moi, vous comprenez pourquoi l'écriture se révèle être un élément indispensable au rayonnement de notre cosmos intérieur respectif. Il s'avère également que les écrits contiennent en eux une énergie redoutable qu'il faut savoir utiliser avec prudence. En fonction de l'intention du rédacteur ou de la rédactrice, les écrits peuvent être constructeurs lorsqu'ils sont guidés par des cœurs de roses ou destructeurs lorsqu'ils sont animés par des cœurs d'épines.


Ancestralité – L'un des avantages des écrits est sa traçabilité permettant de transmettre un héritage aux générations futures. Elles pourront ainsi donc s'abreuver de connaissances, découvrir l'histoire de leurs ancêtres, se reconnaître dans leur grandeur et leur tragédie, être avisées, émerveillées et aguerries. Comme tout élément, l'écriture recèle en elle une facette sombre, elle se manifeste par une crédulité aux yeux des lecteursm/ lectrices, une cristallisation excessive sur la véracité des écrits, un mimétisme effarant et une incapacité à remettre en question ce qui a été rédigé. Le sens du Discernement nous impose de toujours prendre en considération que les écrits sont une courroie de transmission d'un message céleste, d'une idée inspiratrice, d'une réponse inattendue ou d'une révélation cosmique.


Visualisation – L'écriture a cette capacité fascinante de nous faire visualiser par des mots un imaginaire fantasmagorique, une scène mélodramatique, une histoire rocambolesque ou un récit à l'eau de rose. L'une des forces de l'écriture est celle qui consiste à faire miroiter à chacun et chacune de nous un scénario propre à notre univers en fonction de notre ressenti lorsque nous lisons une lettre, un article, un scénario, un livre. L'inverse est aussi vrai lorsque nous transposons nos pensées livresques et scénaristiques par écrit, nous avons la capacité de faire miroiter aux autres un scénario différent dans la forme et pourtant similaire dans le fond. L'écriture donne accès à une infinité de créations émanant de l'esprit.


Matérialisation – L'écriture a cette particularité de matérialiser le verbe, les pensées, les sentiments, les sensations, les sons, les nuances de couleurs, la subtilité des non-dits et du langage corporel. Cette particularité est presque toujours combinée avec le don de la vision du rédacteur ou de la rédactrice ayant la capacité de cerner avec justesse les énergies avoisinantes. Je peux affirmer que l'écriture appartient au domaine des Arts et de la Communication et est régi par les quatres éléments que nous connaissons si bien. À savoir le feu qui dans un contexte d'écriture est capable de déclencher de vives réactions et provoquer des révolutions en fonction de la virulence des mots qui composent les phrases. La terre lorsqu'elle est sollicitée dans l'écriture permet l'ancrage par une sélection consciencieuse et minutieuse de mots qui sont des éléments constituants la pierre angulaire d'une quantité incommensurable de préceptes et de concepts. L'air dans sa fluidité permet la transmission d'un message écrit avec beaucoup d'élégance et de conviction. L'eau dans son mystère et dans son abondance permet d'apaiser les tensions et de restaurer les cœurs affligés par la détresse et l'affliction. Dans leur polarité négative, ces quatres éléments peuvent s'avérer néfastes lorsque les intentions sont orientées vers l'involution plutôt que dans une optique d'évolution.


Guérison Ésotérique – L'écriture a cette faculté thérapeutique parce qu'elle permet de matérialiser notre ancestralité, par la visualisation de nos Douloureux Souvenirs et notre Allégresse Mémorielle. C'est en cela que réside la puissance des écrits et des mots magiques, celle de pouvoir nous revitaliser énergiquement lorsque nos cœurs sont meurtris par les tourments terrestres, aquatiques et célestes.


Douloureux Souvenirs – La Guérison Ésotérique est la Mère de la toute-puissante et extraordinaire capacité de Résilience que chacun et chacune de nous possède en fonction de son incarnation et de son niveau de conscience. L'introspection permet de faire ressortir nos Douloureux Souvenirs et de les évacuer tout en les transfigurant de telle sorte à ce que chacun des mots puissent être des remèdes à nos maux et facilitent notre processus de cicatrisation et de guérison émotionnelle.


Allégresse Mémorielle – L'une des choses fabuleuses avec l'écriture est qu'elle est le témoin privilégié de notre Allégresse Mémorielle parce qu'elle rend compte de toutes nos Majestueuses Interactions Cosmiques qui ont engendré des sentiments, des sensations et des émotions caractérisées par le respect, la tendresse, la compassion, l'harmonie, la sincérité, la réciprocité et la lumière.


La Puissance des Écrits & des Mots Magiques – L'écriture permet une connexion cosmique avec les entités suprêmes, la source divine et notre cosmos intérieur. L'écriture sous une composante cosmique est une révélation en elle-même parce qu'elle transcende les clivages et les différents. Cette forme d'écriture est connectée à la lumière, elle vibre à de hautes fréquences énergétiques, elle est multidimensionnelle, elle est sacrée parce qu'elle touche les âmes et qu'elle contribue à les édifier avec Amour, Sagesse & Vérité.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE
Abonnez-vous à ma Page Facebook Kugaruka, suivez-moi sur Twitter @kuseruka et Instagram @kugaruka

Tous les articles de Kugaruka sont légalement protégés en termes de Propriété Intellectuelle, de Droits d'auteur et de Copyright.


©Kugaruka









71 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
 
©Kugaruka