La Splendeur du 7ème Art


Cycle Lunaire


AVANT-PROPOS

La rédaction de cet article m'a été inspirée par ma volonté de montrer l'importance et surtout l'impact considérable des vidéos que nous visualisons au quotidien et qui restent imprégnées dans le psychisme des Peuples-Nations Kamites (Noir-e-s) que nous sommes. Au même titre que les images, les vidéos (clips, documentaires, films-séries-feuilletons, pornographies, télé - réalités, youtube) jouent un rôle capital dans la façon dont nous sommes représenté-e-s visuellement et influencent inexorablement la perception que nous avons de nous-mêmes. Pour celles et ceux qui sont des fanatiques de l'analyse, je vous invite à vous rendre dans la section Décryptage de ma Plume d'Or afin de vous délecter de la façon spéciale dont je parviens à déchiffrer les films, clips et documentaires selon une perspective cosmique.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE

MISE EN CONTEXTE

J'ai sollicité deux personnes éprises de cinéma afin qu'elles puissent nous partager comment elles perçoivent la Splendeur du 7ème Art. Il s'agit entre autres d'Inzu & de Yapo qui ont récemment présenté leurs œuvres cinématographiques sur la plate-forme Black Wealth Media conçu par Henri Pardo. J'ai fait la connaissance de Malcom Odd (Inzu) par l'entremise de son frère en me rendant à une exposition hivernale organisée par Nigra Iuventa avant la première vague du Coronavirus. Claude Emmanuelle Yapo ma consoeur Yahmessou (ivoirienne) a croisé mon chemin à la Saison II (2012) à l'anniversaire d'une personne formidable, Audrey Kacoutié, caractérisée par sa grande allégresse de coeur et qu'on surnommait affectueusement # LaDuchesse lorsqu'elle vivait encore à Tio’htià:ke (Montréal).


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE

MESSAGES SUBLIMINAUX

Le cinéma est l'un des canaux d'expression par excellence où les messages subliminaux s'épanouissent et nourrissent notre esprit par des personnages singuliers, des scénarios bien ficelés, des scènes troublantes, des interprétations scéniques hors-pair, une sélection musicale envoûtante, des effets spéciaux stimulants et des finitions impeccables. La portée symbolique du cinéma réside dans sa capacité à nous faire vivre, revivre ou découvrir une allégresse mémorielle ou de douloureux souvenirs. À l'image de la création, le cinéma a cette particularité de présenter des multivers qui sont en résonance avec la multidimensionnalité de notre cosmos intérieur. Chaque univers cinématographique recèle en lui une magie insoupçonnée capable de marquer positivement une personne en l'émerveillement ou susceptible d'avoir une répercussion négative sur son mental en réveillant en elle les ombres les plus sinistres de son inconscient / subconscient. Le cinéma sous sa version kamite (noire/africaine) se doit de montrer tous les aspects visibles et invisibles de notre univers. La comédie étant l'un des registres sous lequel le cinéma kamite se matérialise, comme la majorité des films des studios Nollywood, il est de notre ressort de parvenir à diversifier les formes de genre cinématographique afin qu'elles puissent exprimer avec justesse les émotions les plus complexes, cachées et subtiles de notre esprit et de notre âme. Les messages subliminaux du cinéma sont des messages revendicateurs composés d'une extraordinaire faculté hypnotique en fonction du degré de sensibilité de chaque personne qui est soit le réceptacle de ce message ou celui qui en deviendra son plus farouche pourfendeur. Chacun-e aura une perception / appréciation différente du long-métrage en fonction de son système de pensée et de sa capacité à décoder la symbolique des choses ainsi que le sens caché du message subliminal qu'on aura voulu lui transmettre.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE

INZU* & LE MYSTICISME

Malcom Odd, 01 Juillet 2014


Inzu* : est un mot en kinyarwanda qu’on retrouve en français sous le terme familier de «maison». Toutefois, mysticisme, je ne saurais le traduire ici en aucun cas. Je l’entend comme ce qui a trait aux mystères, aux choses cachées ou secrètes.


Je n’ai pas attendu la caméra pour fermer l’œil droit et approcher chancelant mes doigts vers l’iris gauche bien dilaté comme pour absorber l’ombre de la lumière du monde se transformant à mon commandement. Cela me fait toujours penser au joyeux titre de Merleau-Ponty «L'œil et l’esprit» et comment il était important pour lui de rappeler à titre de fin de vie, comme d'un commencement; nous pensons la majorité du temps à cause de la perception. Nous parlons de ce que nous voyons, pour reprendre Chamoiseau et Agamben, on ne peut parler que de silence. J’ai été invité à m'exprimer ici sur le cinéma et je dois l’avouer c'est un exercice difficile. En tant qu’artiste transdisciplinaire, pour moi le cinéma est une manipulation des langages technologiques fait de langues audio-visuelles qu’on appelle communément cinématographique et vibratoire. Au départ, cette forme de médium occidentale est signe d’un progrès scientifique important mais aussi l’exemple parfait de la nécessité exosomatique d’une culture de la falsification.


Le cinéma comme l’occident est une forme d’art qui se nourrit des autres tout en les maintenant invisibles.

On rapproche souvent le cinéma à l’orchestration de la musique, mais contrairement à l’apparente invisibilité de la musique, le cinéma investit l'œil d’une toute autre chose. Comme toutes technologies, elle peut soit figer la vie ou permettre sa régénération. Le cinéma comme on le connaît aujourd'hui sous sa forme la plus algorithmique a pour but de rendre plus vrai que nature le souvenir.


«Nous sommes en représentation pendant que l'histoire est en répétition» Mc Solaar


Elle donne un contexte à nos vies soit disant ordinaires en nous donnant un mensonge bien ajusté. L'art de masse ainsi valorisé se transforme donc en un écran qui impose sa puissance virtuelle sur notre mode d’évolution. Ce nouveau cinéma populaire nous ment pour qu’on tolère mieux cet insoutenable silence, chère à la parole honnête. Comme d'autres formes transdisciplinaires, le cinéma n’a jamais été à l'abri est de ce fait il devient lieu de l'histoire par excellence et qui dit histoire mais institutionnalisé dit aussi contrôle du corps par l'esprit et pour les non initiés; domination par l'esprit et censure internalisé. Mon apport à cette question importante est encore plus simple: parler de cinéma serait d’encourager son enseignement pour réaliser qu’il appartient à tou.te.s. Dans le cinéma, et les grands cinéastes le savent, il y a du mouvement. Malheureusement pour moi, le 7e art tout comme je le connais aujourd'hui en Amérique du Nord n’est pas est un art honnête. Je comprends les cultures qui peuvent être réfractaires à cet enivrement du trucage des imaginaires. Pour ma part, je me méfie du divertissement ou des films à grand déploiement, car cette forme d’art impérialiste ne permet pas l'honnêteté et incite de facto la propagande comme dialogue. En les englobant presque tous, le cinéma en tant qu’une des plus vieilles formes d’art demeure ainsi un lieu d’une alchimie dangereuse qui demande à être pansé. En tant qu’apprenti médecin de l’âme artistique, j’essaie de me pencher sur des besoins. C’est ainsi que j’ai commencé à faire mon cinéma dans l’optique surtout de m’aider à partager la multiplicité des langues intérieures.


« La langue de l'alchimie est une langue de la rêverie, la langue maternelle de la rêverie cosmique. » Gaston Bachelard


Dans ma langue la plus profonde, c-a-d maternelle, le verbe «mentir» se dit: Kubeshya qui se traduit plutôt par «tromper». En Kinyarwanda nous savons que l'articulation se fait selon le contexte. Pour ceux qui pense le kinyarwanda, un même mot n’a pas le même sens selon sa prononciation. C'est une langue situationnelle. Pour nous ce qui n’est pas dit est toujours inclus voir signifiant. Sans être trop réducteur, en kinyarwanda nous pouvons soit être honnête, comique ou mentir. Dois-je rappeler que pour nous, mentir est un signe de détresse insondable. C'est une langue sensible qui apprécie ce qu'on veut cacher derrière l’abstraction. Comme le livre nous fait apprendre à penser différemment, voir un film nous apprend à être différemment. Même si être est différent d'exister, c’est seulement en existant qu'on retrouve la force nécessaire pour continuer d'écouter pour comprendre et en ce sens, mon cinéma est cet apprentissage de ma langue maternelle. Comprendre prématurément rend définitivement cinéphiles. Aussi mystique que cela puisse paraître, «Show don't tell» pourrait être un proverbe rwandais.


Malcolm fait une dédicace spéciale à sa mère en participant à la rédaction de cet article portant sur l’un de ses domaines de prédilection, le cinéma en tant qu’un artiste transdisciplinaire.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE

YAPO & LES RÉALITÉS DOUCES-AMÈRES DES KAMITES

Claude Emmanuelle Yapo, 01 Septembre 2014


Le cinéma… Que dire du cinéma ? Je dois avouer que je n’ai jamais la réponse, lorsqu'on me demande pourquoi le cinéma ou encore que représente le cinéma pour toi ? Ce sont des questions très difficiles pour moi qui me demandent plusieurs instants de réflexion. Je vais quand même essayer d’y répondre dans cet article. Comme nous le savons tous, la particularité de ce 7eme art est qu’il regroupe toutes les autres formes d’arts. Cela pourrait peut-être paraître bizarre, mais pour moi le cinéma est avant tout un exutoire. Un moyen nécessaire dans ma vie pour crier mes émotions, les émotions de ceux des personnes qui m’entourent et également nos états d’être. Par la même occasion dévoiler ce que vit et subit ma communauté. Mes films sont imprégnés de mes expériences et celles des personnes qui m’entourent. On pourrait dire que mon cinéma ne se catégorise pas dans le grand cinéma de divertissement d’Hollywood ou de Nollywood qui d’ailleurs prend de plus en plus sa place (ce qu’on adore), mais plutôt dans une catégorie que je nommerais ici comme «cinéma consciencieux». Ne vous méprenez pas, mon but n’est pas de faire la leçon à quiconque (d’ailleurs qui suis-je pour le faire ?). Je recherche plutôt comme je l’ai dit plus haut à dévoiler et montrer, que le cinéma est avant tout l’art du voyeurisme. Oui, tous cinéphiles, cinéastes et téléspectateurs nous sommes des voyeurs. Sinon pourquoi aller au cinéma ? Si ce n’est pour voir un film ? Pourquoi faire un film ? Si ce n’est pour qu’il soit vu ? Mon apport dans le monde du cinéma est de faire briller la femme, plus particulièrement la femme noire, parce que de tout d’abord j’en suis une et qui de mieux placée qu’une femme noire pour en parler, ensuite je considère que la femme représente le point névralgique de notre communauté. C’est d’elle que tout part et commence. Don’t give me wrong, I’m not an anti-men. On le sait tous que dans notre communauté, la femme est celle qui éduque les enfants, peu importe le milieu, le pays dans lequel on se trouve, cela n’a pas changé depuis l'époque de nos ancêtres. De ce fait, si la mère qui s’occupe des enfants est malheureuse et dépressive cela aura une répercussion sur les enfants ainsi que sur le futur de ses enfants. C’est un peu de cette façon de penser que se dirige mon cinéma. Je souhaite représenter les femmes noires sous toutes leurs facettes, lui redonner le pouvoir qui lui est dû en lui montrant qu’elle est une Reine dans notre communauté et même au-delà. Ne vous méprenez pas mon but, n’est pas de dénigrer ou mépriser les hommes et/ou les femmes blanches au passage. Après tout ce que la femme noire a subit dans le cinéma et continu de subir, j’estime qu’il est plus que temps de la sortir de là. Le poème intitulé « À ma mère » du grand écrivain guinéen Camara Laye, décrit bien cette vision qui m’inspire. Il faut dire que la lecture est une grande partie de moi qui m’inspire beaucoup dans mon cinéma, plus particulièrement dans mon processus d’écriture en tant que scénariste. Tout ça pour dire qu’aujourd’hui, je peux enfin répondre à ces questions: pourquoi le cinéma? Que représente le cinéma pour moi? Et bien je me réfugie dans le cinéma, parce qu’il est mon seul, vrai et unique moyen d’expression, de confession dans lequel je peux dévoiler tout l’entièreté de mon être en étant honnête sur toute la ligne. Cela peut paraître dérisoire pour certain.e.s, mais it’s what it is.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE

LA SPLENDEUR DU 7ème ART

Cycle Lunaire que l'on pourrait comparer au cycle de production d'un Film


Les cinéastes que vous avez lu précédemment ont clairement exprimé la profondeur, la mélancolie, le chagrin, les non-dits, l’engagement, le militantisme qui correspondent à l’Ombre Abyssal dans laquelle les Êtres Mélaninés que nous sommes avons été plongés une partie de notre existence nous faisant presque oublier notre Lumière Cosmique gage de notre Érudition & Créativité. Conscientisation et représentation effective sont les maîtres-mots qui gouvernent leur démarche artistique et dans cette optique ils devront exceller pour créer des Chefs-d'Oeuvre artistiques.


1 – Son

Sun Râ disait qu’on : « […] on appelle les musiciens, scientifiques du son et artistes des ondes sonores.» Sun Ra, Un Noir dans le Cosmos; Aurélien Tchiemessom, page 231


La musique d’un film est d’une puissance phénoménale parce qu’elle résonne en nous à deux niveaux: la vibration sonore et le ressenti sensationnel que cette musique nous procure à l’audition (tout dépend de l’oreille musicale que nous possédons et de la sensibilité à un certain type de mélodies que nous détenons). La musique nous aide à vivre l’instant présent et à connaître l’état d’esprit des personnages avec lesquels nous avons de la sympathie ou de l’antipathie. La musique transporte en elle tout un bagage émotionnel percutant lors d’une scène qui sera jugée culte par le public, les critiques et la postérité.


2 – Vision

La réalisation d’un film correspond à une vision artistique précise et concise. Elle est guidée par une volonté manifeste de transmettre plusieurs messages afin de marquer les consciences, éveiller les esprits, édifier les âmes, semer les graines d’une révolution et être ancrée dans le Cœur – Siège de l’Âme & de la Conscience. Cette vision puise ses racines dans les fondements de la société dans laquelle le/la cinéaste se reconnaît et qu’il/elle transpose sur le grand écran.


3 – Image

Des images impeccables, des effets spéciaux réalistes / convaincants nous permettent de croire à l’existence d’un monde parallèle. Cette fiction devient perceptible dans notre imaginaire, par le déclenchement de grandes idées et la concrétisation de projets d’envergures parce qu’une tierce personne aura réussi à représenter visuellement ce que certains considèrent comme une vue simple de l’esprit relevant d’une utopie. À titre d’exemple, le film La Panthère Noire est une vision Afrofuturiste de katiopa (Afrique). Une Kamita (autre nom de l’Afrique) inspirée du Wakanda ou de Zamunda relèverait-elle uniquement d’un fantasme sachant que nous portons les gènes de celles et ceux qui ont conçu de grandes civilisations sur cette planète ? Les images d’un film même si elles s'inscrivent dans un cadre fictionnel ne font que mettre en scène ce qui a précédé et ce qui sera même si nous ne l'avons pas encore vu dans notre réalité.


4 – Écriture

L'écriture scénaristique répond à des critères spécifiques qui doivent être respectés si nous avons la volonté inébranlable de se démarquer en tant que cinéaste et de réaliser des Chefs-d’Oeuvre qui seront immortalisés dans la conscience collective. L’écriture demande de la maîtrise, réflexion, concentration, patience, activation de la mémoire, soucis du détail, un équilibre entre la flexibilité et la rigidité, intransigeance, imagination et bien d’autres éléments connexes qui feront en sorte d’aboutir à un scénario probant, original, contenant un retournement final, apprécié du grand public et acclamé par la critique.


5 – Émotion

La partition des acteurs/actrices est un aspect déterminant dans la façon dont un film parviendra à se positionner dans la catégorie de l’excellence ou de la médiocrité. Les interprètes ont cette capacité à revêtir un rôle qui en réalité correspond au caractère et à la personnalité d’un individu dans la vie réelle. Ils/Elles s’imprègnent de ce personnage en devenant des empathes fictionnels et réussissent à provoquer de fortes émotions reliées à des personnages dans lesquelles nous nous reconnaissons ou avec lesquelles nous sommes en rupture.


6 – Conception

Toute oeuvre de l’esprit est avant tout la conception d’une âme ayant été inspirée par le Cosmos Divin qui lui octroi les Clés de l’Illumination afin qu’il/elle puisse officier en tant que Oracle & Messagère Cosmique et transmettre un puissant message par l’entremise du 7ème Art.


7 – Chef-d’Oeuvre

Wil Aime (Le Maître de l’Intrigue et Génie du 7ème Art), Barry Jenkins, Bong Joon-ho, le Grand Magicien Hayao Miyazaki, James Cameron, Terrence Malick, Steven Spielberg, Christopher Nolan, Xavier Dolan, etc sont des experts du 7ème Art et des Artistes Hors-pair ayant produit des oeuvres aussi magistrales que majestueuses. Je considère pour ma part qu’un excellent film est la somme des six éléments énumérés précédemment et qui sont parfaitement agencés afin que nous soyons émerveillés et en extase. Alors qu’un chef-d'œuvre en plus de réussir à réunir ces six autres critères d’excellences, se distingue par trois éléments principaux que sont: l’originalité, le retournement final et le succès critique.


Originalité: l’originalité est la capacité extraordinaire à créer une œuvre unique et remarquable qui n’a jamais été vue auparavant ou qui est inspirée d’une œuvre qu’on parvient à sublimer de façon spectaculaire et distincte.


Retournement Final: le retournement final d’un long-métrage est celui qui met en évidence le trait de génie d’un cinéaste. C’est par là que nous pourrons statuer sur sa démarche artistique ainsi que sur son travail minutieux, consciencieux et méthodique, car ne l’oubliez pas c’est dans les détails que l’on reconnaît la grandeur d’une personne ou sa petitesse.


Acclamé par la critique: toute œuvre ne pouvant certes pas faire l'unanimité, il y’aura toujours un consensus pour encenser des œuvres de l’esprit remarquables qui nous ouvrent les portes de la contemplation profonde et nous donnent accès à la Splendeur du 7ème Art.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE
Abonnez-vous à ma Page Facebook Kugaruka, suivez-moi sur Twitter @kuseruka et Instagram @kugaruka

Tous les articles de Kugaruka sont légalement protégés en termes de Propriété Intellectuelle, de Droits d'auteur et de Copyright.


©Kugaruka