top of page
ORACLE: Blog2

La Vallée des Regards


Panoramique de la Ville de Montréal, 12 Août 2017 : Wikipédia ©DiegoDelso


2020

Tout a commencé au soir du 08/08/2020 à mon ancien appartement situé sur le Chemin Queen-Mary dans le quartier de Côte-des-Neiges à Montréal. L'Été était encore des nôtres, le déconfinement s'amorçait progressivement et le coronavirus était toujours dans l'ère du temps. Cette soirée-là, je portais une tenue sexy. Il s'agissait d'un haut transparent accompagné d'un pantalon raffiné, avec des talons aux bottines dorées, accessoirisé d'un Abla Pokou (collier) Maasaï que j'affichais fièrement et d'une coiffure féminine, que j'arborais pour la première fois, signée Kalonji (Stéphanie Odia). Je m'apprêtais à rejoindre ma copine Keke Rukundo qui comme à l'accoutumée, dans sa grande générosité m'avait reçu chez elle comme un-e invité-e d'honneur, en me servant un plat qu'elle avait elle même concocté de ses habiles mains de cordon bleu. Nous avions prévu de passer toute la nuit au Bled un restaurant kamite (noir) qui se transforme en boîte de nuit à des heures où la lune prédomine dans le ciel étoilé de Tio'tià:ke (Montréal).


LA VALLÉE DES REGARDS

En nous rendant au Bled, nous devions traverser et longer le Saint-Denis, l'une des rues commerçantes les plus en vogue de la métropole. Tandis que ma copine – vêtue d'une courte robe noire, munie de bijoux en forme de cerceaux ornant ses oreilles et perchée sur ses hauts-talons –crépitait d'impatience à l'idée de se rendre au Bled, moi pendant ce temps j'étais en train de m'imaginer la réalité visuelle [Voir, se Voir et Être Vu] à laquelle nous serions confronté-e-s en tant que Woubi* Diamantaires.


*Woubi : Mot désignant une Personne Intermédiaire (LGBTQIA+) à l'Énergie Féminine


Voir – Nous avons vu une jeunesse kamite aussi clinquante que volubile désireuse de se reconnecter à l'ambiance du Bled au rythme saccadé du Coupé-Décalé ivoirien, du Bikutsi camerounais et de l'Afro-beat des Célébrités et Étoiles Montantes de la scène musicale nigériane. Nous avons vu des kamites recherchant avec intensité la compagnie festive, réconfortante et enjouée des leurs comme il était de coutume dans nos traditions pluriséculaires.


Nous avons vu des kamites œuvrant dans la franchise langagière et comportementale de leurs hormones et dans la spontanéité verbale de leur vocabulaire lubrique dans le vacarme nocturne du Bled.

Se Voir – Nous nous sommes vu-e-s à travers les yeux des femmes qui se reconnaissent en chœur dans la sororité du Féminin Sacré et dans les yeux de certaines d'entre elles co-épousent de la rivalité. Nous nous sommes vu-e-s à travers les yeux des Âmes Kamites Androgynes* traversé-e-s par une Allégresse Mémorielle en notre présence et dans le regard de bien d'autres résigné-e-s à être dans la posture de l'interdit moral et de la restriction religieuse. Nous nous sommes vu-e-s à travers les yeux des hommes qui se reconnaissent dans la fraternité du Principe Masculin et dans les yeux de certains partisans d'une virilité de façade.


*Âmes Kamites Androgynes : Synonyme employé pour désigner les Gardien-n-e-s des Portes connu-e-s aussi sous le vocable de Personnes Intermédiaires (LGBTQIA+)


Être Vu – Nous avons été vu-e-s par une jeunesse kamite intriguée, fascinée et réfractaire à notre apparition dans l'espace publique. Nous avons été vu-e-s par une jeunesse kamite éduquée selon les standards des sociétés néo-coloniales et nous percevant sous le verrou de l'occident. Nous avons été vu-e-s par une jeunesse kamite soucieuse de préserver son image du qu'en-dira-t-on préférant la mascarade et les faux-semblants plutôt que de s'en affranchir en recherchant des relations basées sur la mélodie du cœur.


La Vallée des Regards – La Vallée des Regards nous présente sous toutes les coutures et les travers des personnes qui nous observent méticuleusement. À travers leurs yeux qui sont les reflets de l'âme, nous sommes face au miroir de notre propre existence en tant qu'êtres devant constamment être sous le regard inquisiteur assumé et le regard approbateur dissimulé.


L'ATMOSPHÈRE DU BLED

Terrasse du Bled, Rue Saint-Denis ©QuartierLatin


Le Bled est un marqueur nocturne qui met en relation un tronc commun de personnes aux personnalités multiformes. L'établissement regroupe en son sein les nouveaux arrivants vivant encore dans l'illusion optique de l'occident jusqu'à ce qu'ils/elles prennent réellement conscience de la subtilité du racisme de leur société d'accueil. Le Bled regorge également d'ancien-n-e-s ayant compris à minima les manœuvres et ficelles du système, ils/elles adorent se remémorer la nostalgie du pays et rêvent à voix haute d'un retour définitif. La discothèque se compose également de tontons mariés et de tantines célibataires voulant revivre la cadence énergétique et sexuelle que procure la jeunesse. À notre arrivée, notre regard a croisé celui de toute l'assistance qui a marqué un temps d'arrêt pour admirer notre entrée et notre démarche très remarquées. Nous étions accompagné-e-s d'un homme kamite originaire de la guinée comme le propriétaire des lieux Limo qui à ma grande surprise, en plus d'afficher un sourire de bienvenu, connaissait bien ma copine Rukundo. Je me suis dis certainement qu'il s'agissait d'une formalité puisque la courtoisie est de mise avec la clientèle quelque soit son format. En réalité, ma copine était une habituée du secteur parce qu'elle estimait et à juste titre qu'elle se sentait à son aise dans une ambiance kamite et qu'elle préférait enrichir le portefeuille de la communauté plutôt que de le dilapider dans les soirées feutrées des leucodermes. Comme je devais m'y attendre, j'ai recroisé des personnes que j'ai connu durant mon cursus universitaire. Bien que ces rencontres aient été furtives, elles ont été marquées par l'enthousiasme, les civilités d'usage et les discussions communes aux retrouvailles. Après cela, ma copine et moi avons continué vers le sous-sol du bar-restaurant où l'odeur fétide de ce lieu ne semblait pas nous avoir découragé, encore moins la transpiration excessive que l'on y retrouve sur les corps qui s'entremêlent en raison de l'espace qui se rétrécit au fur à mesure de l'affluence des gens. À ma grande surprise, j'ai vu plus de Yossi* & Woubi que je ne l'aurais cru dans une soirée qui se veut par principe et convenance hétéronormative. Nous étions prêt-e-s à nous divertir autour de la table qui nous avait été octroyé-e-s avec quelques boissons et avec les atalaku de l'ambianceur de la soirée dont la voix plus que familière me rappelait le Yossi originaire de la Nation Yahmessou (Côte d'Ivoire) dont j'avais découvert le membre viril durant la saison printanière de la même année. L'Atmosphère du Bled a longuement plané sur nous durant toute la soirée jusqu'à ce que l'alcool révèle la vérité du cœur et les véritables intentions cachées de chacun-e-s des protagonistes. Bien évidemment, nous en avons profité pour séduire et attirer vers nous certains Yossi qui nous avaient dans leur collimateur obscène et qui nous avaient suivi, à notre initiative, jusqu'à l'appartement de ma copine après la soirée au Bled. Un Yossi en particulier avait jeté son dévolu sur ma personne par son regard sévère qui cachait en réalité une attirance et l'envie de me dominer sexuellement par son phallus. Une fois chez ma copine, la soirée s'est poursuivie dans une atmosphère détendue et c'est là que l'occasion s'est présentée à moi de satisfaire mon palais. Pourtant, l'idée de faire une fellation à un homme dans la salle de bain de ma copine, et ce, même s'il était très bien membré me dérangeait fortement mais cela a été difficile d'y résister d'autant plus que les veines qui traversaient ce bois sacré compliquaient encore plus la résistance. J'ai préféré décliner l'offre de la salle de bain et lui proposer de le faire plutôt dans le confort de mon appartement, ce qu'il accepta après d'âpres négociations et l'intervention de ma copine qui me disait d'être dans le feu du sagittaire plutôt que d'être dans les formalités terrestres du capricorne. Nous avons continuité ce que nous avions commencé dans ma chambre et aussi paradoxale que cela puisse paraître, ce Yossi aimait regarder la façon dont j'avais du plaisir à me masturber pendant que lui prenait l'ascendant sur moi avec son féroce bangala de la téranga placardé dans ma paroi buccale. Une fois que nos fluides corporelles et énergétiques furent transportées hors de nos corps, il a pris la direction de chez lui en me demandant au pas de ma porte si je voulais garder contact avec lui, une demande qui fut aussitôt refusée en raison de son caractère colérique que je refusais de m'infliger à nouveau. Après son départ, mon corps a repris le mécanisme naturel du sommeil m'obligeant ainsi à quitter en pensée l'Atmosphère du Bled.


*Yossi : Mot désignant une Personne Intermédiaire (LGBTQIA+) à l'Énergie Masculine


Pour en savoir davantage sur les définitions, je vous réfère au Vocabulaire des Woubi & Yossi [Le Nouchi des CP] (Cliquez sur le lien)


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE
Abonnez-vous à ma Page Facebook Kugaruka, suivez-moi sur Twitter @kuseruka et Instagram @kugaruka

Tous les articles de Kugaruka sont légalement protégés en termes de Propriété Intellectuelle et de Droits d'auteur.


©Kugaruka

24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
ORACLE: Subscribe
©Kugaruka
bottom of page