Le Principe Masculin à l'Épreuve du Féminin Sacré & du Néo-colonialisme

Mis à jour : juin 8


Maurice Zadi ©Ghost



AVANT-PROPOS

La rédaction de cet article s'incrit dans une optique de remise en question de la masculinité telle que nous la connaissons dans un contexte kamite (noir), il ne s'agit en aucun cas de déprecier sa valeur, ni de dénigrer son fondement et encore moins d'utiliser le terme de masculinité toxique qui à mon sens est impropre aux hommes kamites et qui n'est autre que le corollaire du patriarcat occidental. Cet article est complémentaire à l'article intitulé Les Femmes à l'Épreuve du Principe Masculin & du Néo-colonialisme.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE

MISE EN CONTEXTE

Étant une Personne Intermédiaire, je suis autant sensible à l'énergie masculine que féminine raison pour laquelle je peux statuer en partie sur le Principe Masculin. J'ai donc décidé d'inviter un homme à venir se prononcer sur cette thématique. Il s'agit de Manizor Thiam, Grand Intellectuel, que j'ai rencontré au courant de la Saison V (2015) à l'UQÀM (Université du Québec à Montréal) pendant les élections de l'association des Étudiants Africains de l'UQÀM. À l'époque, nos relations n'étaient pas cordiales, je dirais même qu'elles auraient pu être antagonistes. Je me souviens d'une scène en Été dans le quartier mythique de Côte-des-Neiges à Tio'htià:ke (Montréal) en compagnie d'une de mes CP* de l'époque, où nous l'avions croisé. Je m'étais montré assez entreprenant-e à la vue de sa musculature, qui je dois l'avouer ne me laissait pas indifférent-e. Une saison plus tard, le même qui s'était montré réfractaire à mon approche beaucoup trop enthousiaste, avait accepté sans concession et avec sincérité que je lui fasse la bise sur la joue en guise de salutations et devant ses congénères qui étaient choqués. Vous n'êtes pas sans savoir que les Goorjigeen* sont plus que indexé-e-s au Pays de la Teranga et pour l'image de l'homme qu'il représente me faire la bise devant les siens était un acte de défiance et révolutionnaire. À propos de la bise, il faut savoir que je refusais que les hommes me saluent à la Booba, je trouvais cette forme de salutation agressive et d'une rigidité émotionnelle qui ne me correspondait pas. Je réclamais la bise et rien de moins et vous seriez surpris de constater que la majorité des hommes kamites de l'université se sont exécutés même les plus récalcitrants ont fini par me donner gain de cause en me faisant la bise. Je suis convaincue que c’était aussi plaisant pour eux que pour moi sinon, ils auraient refusé comme ce fût le cas de quelques égarés. J'ai exigé que mes CP reçoivent également le même traitement, ce qui a été le cas et j'en suis plutôt fier. Pour revenir à Manizor, j'ai agréablement été surpris-e par sa posture et sa nouvelle vibration énergétique lors de nos discussions furtives avant son départ pour le Sénégal, de nos conversations facebook et de l’appel téléphonique qui a précédé la rédaction de cet article. Ayant absorbé de nouveaux éléments révélateurs sur la façon dont il concevait la société et percevait les Hommes, les Femmes et les Personnes Intermédiaires, j'ai voulu qu'il collabore avec moi afin que vous puissiez comprendre sa dynamique et la complexité de sa réflexion par rapport au Principe Masculin à l'épreuve du Féminin Sacré et du Néocolonialisme.


CP* abréviation de Copine ou Copina est une expression Yahmessou [Ivoirienne] des Woubi [Féminin, en terme énergétique] et Yossi [Masculin, en terme énergétique]. Elle est utilisée pour désigner un ensemble d'individus se reconnaissant dans tous les aspects de l'identité féminine même si l'expression désigne principalement les Hommes-Femmes.


Goorjigeen* terme originellement employé en Wolof pour désigner les Personnes Intermédiaires et dont la traduction littérale est Androgyne. Le sens profond de ce terme a été dénaturé par la colonisation. Il est dorénavant perçu sous le prisme de l'occident et revêt aujourd'hui une connotation très négative.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE

LA PENSÉE COSMIQUE DE KUGARUKA

Kugaruka Nsoromma Ashé Sankofa, 15 Janvier 2017


J'entrevois le Principe Masculin comme une énergie fondamentale et aussi capitale que le Féminin Sacré. La façon dont l'homme est perçu au sein des Peuples-Nations Kamites le place comme la pièce maîtresse et non comme un élément faisant parti du puzzle. Son rôle de patriarche, guide-protecteur, souverain-empereur, de guérisseur-magicien est la contrepartie du Féminin Sacré. Cette énergie est celle qui a vu naître des puissants hommes qui ont contribué à la conception, l'édification, la consolidation, la libération, la guérison/résilience, la reconstruction et la pérennisation des Peuples-Nations Kamites. Pour que cette énergie masculine puisse atteindre sa plénitude, il faut qu'elle incorpore le Féminin Sacré. Cela peut sembler paradoxale de prime abord, mais c'est tout le contraire et je vais vous expliquer pourquoi. Les hommes qui n'intègrent pas cette notion pensent à tort qu'ils sont les seuls élus et agissent selon le modèle masculin occidental purement misogyne, sexiste et phallocrate. La prise en considération du Féminin Sacré comme l'ont fait nos prédécesseurs tels que Amilcar Cabral et Thomas Sankara permet de se rendre compte que la polarité féminine est une vision complémentaire à la polarité masculine. Une fois que les hommes prennent conscience de cet aspect, ils n'agissent plus en individualité, mais plutôt en binôme comme à l'image des couple Osiris et Isis, Menelik II & Taytu Betul, Kenneth et Mamie Clark, Jay-Z & Beyoncé, Nelson & Winnie, Barack & Michelle, Laurent Gbagbo et Simone Ehivet – le Couple des Gémeaux. J'évoque la particularité du Couple des Gémeaux dans l’un de mes récits cosmiques intitulé La Nation Yahmessou (Cliquez sur le lien). L'homme kamite avec sa vision centrale des éléments est un architecte-bâtisseur qui doit comprendre que son rôle n'est pas de déterminer celui de la femme kamite, mais plutôt d'officier à ses côtés en reconnaissant que son pouvoir n'est pas amoindri en sa présence, il est plutôt propulsé. Le Principe Masculin lorsqu'il fusionne au Féminin Sacré engendre une force cosmique incommensurable puissante au niveau mental, céleste, physique/psychique et bien évidemment sexuel.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE

LA RÉFLEXION TÉRANGA DE MANIZOR THIAM

Manizor Thiam, 27 Août 2020


La rédaction de cet article emboîte un pas différent à ce que j’ai l’habitude de produire. Partant d’un style moins orthodoxe et peu academique, j’éluderai sciemment de citer les grandes figures, auteures et défenseures de la cause féministe africaine et noire et d’ailleurs dans le monde à l’image de Chimamanda Ngozi, Fatou Diome, Mariama Ba, Ella Baker, etc, pour ne citer que celles-là. Je compte de manière authentique partager ma pensée profonde et personnelle sur le principe masculin à l’épreuve du feminin sacré et du néocolonialisme sans faire référence à des auteures mais plutôt en me basant sur une approche factuelle. Permettez-moi de prime abord de circonscrire le thème, dont la compréhension peut être assez généraliste, et ouverte à une multitudes d'interprétations selon la zone géographique, l’education et la culture des lecteurs. J’embrasse ce thème sous l’angle d’un afrodescendant ayant vécu en Afrique de l’ouest et confronté à une pluralité de cultures m'imposant une certaine ouverture d’esprit pour faciliter mon intégration un peu partout sur le continent et à l’étranger. Premièrement, j’aborderai d’une vue d’ensemble la perception de la femme par les hommes. Deuxièmement, je mettrai en lumière les erreurs de jugement et d'interprétation liées au refus de partage du pouvoir par les hommes. Et enfin, sous un angle cosmique, j’exposerai les avantages d’une synergie et harmonie entre les deux genres pour le bien être de l’humanité. A mon avis, le poids du masculin dans nos sociétés est tributaire d’une longue appréciation des rapports humains sur l’angle de la force physique. Bien avant la colonisation, voire le néocolonialisme, la force physique était la locomotive du pouvoir et cet aspect prédominant dans les rapports dans les sociétés hissait l’homme kamite au sommet de la hiérarchie sociale.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE

Manizor Thiam, 26 Février 2020


Cette position lui permettait de jouir de tous les privilèges sur la nature, les animaux voire les femmes en leur imposant un code de conduite profondément inspiré de sa volonté de domination et de contrôle. Au fil du temps, l'évolution structurelle de la société corrélée à l’évolution technologique ont induit à une réorientation des rapports de force dans les relations humaines. La force physique qui était auparavant source de domination laisse place à la technologie et à la capacité intellectuelle de chaque individu. Ainsi, les rapports de force tendent dans un monde raisonné à s’équilibrer entre les genres pour donner une harmonie dans les rapports basés sur une logique et un principe d’égalité et d’équité entre les Humains. Cela devrait être une nécessité et pas une revendication dans un meilleur des mondes. Toutefois, force est de reconnaître que tous les acquis démocratiques ou politiques ou sociales ont été obtenus dans la revendication ou la révolte. Le principe masculin dans toute sa splendeur et sa complexité, basé sur la domination et le contrôle a éprouvé le genre feminin avec des restrictions de droits et de devoirs limitant ainsi la femme à un rôle réducteur de suiveur. Le changement de paradigme s’est établi dans la période néocoloniale. Plus de personnes sont ouvertes sous l'élan des mouvements féministes se battant pour leurs droits et revendiquant également plus de reconnaissance. Toutefois, j'avoue que cette vision est loin d’être partagée par le commun de la gent masculine et cela certainement à tort. Ce principe masculin de supériorité est de facto toujours omniprésent dans la société kamite et prend sa gouverne dans les méandres de la culture, de l’éducation, et du passé. Le patriarcat qui garde ses lettres de noblesse devant le féminisme est le reflet de l’histoire et des coutumes perpétuées depuis des générations bien lointaines. Et malgré l’émancipation des sociétés et des mentalités, beaucoup de personnes pour citer les hommes restent unis à cette réalité ancienne au détriment de l’harmonie entre les genres revendiquée par la gent féminine.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE

Manizor Thiam, 22 Juin 2020


Les hommes veulent garder ce privilège et à titre d’exemple, il n’est pas rare que dans nos sociétés, dans les rapports entre les couples d’entendre des hommes exiger la soumission de leurs epouses et certains pères conseillent à leurs progénitures féminines d’être soumises à l’endroit de leurs époux ou futurs époux. Cette dualité entre les deux genres ne profite guère ni à l’un ni à l’autre. Le principe masculin craint une perte de ses privilèges ou de se retrouver en position d'infériorité si toutefois, il perd son pouvoir de domination qui représente pour lui un signe d'affirmation de son être. Cette crainte est d’autant plus présente et pressante que beaucoup d’hommes n'hésitent pas à livrer une bataille psychologique, culturelle et parfois physique à l’endroit des femmes qui défendent et réclament leur droit. Certains évoquent parfois l’impossibilité d’égalité entre les genres mettant en avant la nécessité de l'existence d’un leader dans les rapports humains et que ce rôle devrait être par excellence dédié aux hommes. Le principe masculin devrait renoncer à son euphorie égocentrique de domination et de contrôle ou du moins le partager avec la femme en essayant d’équilibrer les rapports de force et de profiter dans le sens positif du terme du féminin sacré afin de faire rayonner une fusion etincelante. A côté de cette cartographie ou de ce récit factuel de la société kamite dans les rapports masculin et feminin, qu’en est-il si nous changeons le curseur et abordons cette question dans une logique de brassage des deux mondes en se délectant de cette forte dualité ? Autrement dit, qu’en est-t’il de la fusion entre le principe masculin et le feminin sacré à la base de toute réalisation ? L’approche cosmique de cette réflexion montre que le pouvoir hérité par l’homme dans sa conception physique et mentale dégage une énergie débordante qui doit être canalisée par le partage et par la confrontation, soit par la délégation.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE

Manizor Thiam, 20 Mars 2021


En effet, l’homme étant physiquement plus fort tend dans tous ses rapports humains à faire prévaloir cette force tout en occultant le fait que cette énergie peut ette encombrante ou ettoufante pour la femme avec qui il partage la société. La femme également a son pouvoir qu’elle exerce différemment de celui des hommes. Ce pouvoir se présente de façon plus subtile dans le sens où il est à l’antipode des hommes. Il repose généralement sur le partage, la sensibilité, la réflexion et l'orientation. Ainsi, une renonciation ou un partage de ce pouvoir en compensation avec l'idéal feminin est source d’une alchimie révélatrice de grandes réalisations dans la paix, la reconnaissance, l’harmonie, l’acceptation mutuelle et le respect. La fusion des deux mondes, le masculin basé sur des principes et le feminin basé sur le sacré équilibrera le monde, allégera voire libèrera les tensions, facilitera grandement les rapports humains et fera éclore un monde de plus en plus épanouie.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE

LE PRINCIPE MASCULIN À L'ÉPREUVE DU FÉMININ SACRÉ & DU NÉO-COLONIALISME

Maurice Zadi ©Ghost - Tony Sant'Anna


La Pensée Cosmique de Kugaruka et la Réflexion Teranga de Manizor Thiam sont conjointes. Dans ce spectre d’idées, vous avez lu comment nos conceptions du monde kamite et de l’humanité étaient imbriquées l’une dans l’autre avec des nuances et des spécificités propres à nos caractères respectifs et nos personnalités distinctes.


Le Principe Masculin – La posture dirigeante d’un homme se manifeste bien souvent par deux énergies, celle de la Persuasion et de la Dissuasion. Elle trouve écho auprès de ceux qui ont l’intention d’amorcer un changement radical, c’est-à-dire une révolution. Elle est portée par la volonté d’accomplir une mission sacrée dont l’objectif est de conquérir, restaurer et de marquer les esprits et les âmes. Le Principe Masculin dans sa polarité positive est garant en partie d’une société équilibrée à l’image de la Panthère Noire pour qui l’harmonie de la nation nécessite de faire des concessions. Dans sa polarité négative, comme nous le savons si bien, il n’apporte que désolation en raison d’une vision étriquée, uniforme et belliqueuse de la société ainsi que des rapports de force. Le Principe Masculin ne réside pas uniquement chez les hommes, il est également présent chez les femmes et les Personnes Intermédiaires qui doivent l’utiliser à bon escient afin d’avoir une connaissance approfondie des énergies masculines.


L’Épreuve du Féminin Sacré – Quelle est donc cette épreuve fondamentale du Féminin Sacré que le Principe Masculin doit intégrer ? L’existence des femmes vient rappeler aux hommes que le Féminin Sacré est un miroir qui doit savamment être cultivé afin qu’ils puissent maîtriser à la perfection la contrepartie féminine qui les habite. Cette prise de conscience doit faire comprendre aux hommes que les femmes doivent officier dans toutes les strates de la société en acceptant, et ce, sans concession la définition/fonction qu’elles ont d’elles-mêmes parce qu'elles vivent l'intégralité de cette incarnation. L'ultime épreuve du Féminin Sacré consacre le Principe Masculin en tant qu’un élément complémentaire/divin permettant d’accéder à un niveau supérieur de pensée et de réflexion cosmique.


L’Épreuve du Néocolonialisme – Dans le cadre du néo-colonialisme dans lequel nous sommes et dans l’ère numérique dans laquelle nous vivons, il est capital que les hommes cultivent le discernement et ne soient pas dans l’engrenage du fanatisme religieux, de doctrines patriarcales et de dogmes ancestraux rétrogrades qui portent préjudice dans bien des cas aux femmes. Les hommes qui se dressent actuellement contre toutes les formes du néo-colonialisme, comme Kemi Seba doivent intégrer dans leur démarche les femmes pour équilibrer la lutte parce qu’elles sauront entrevoir ce que les hommes ne sont pas en mesure de percevoir. Quelle est donc cette épreuve fondamentale du néo-colonialisme à laquelle le Principe Masculin doit se confronter et affronter ? Il s’agit pour les hommes de s'appliquer à ce que les femmes soient dans des conditions sociales leur permettant d’exceller et de mettre à profit leur Dons Innés & Talents Naturels. Il s’agit pour les hommes de comprendre que le néo-colonialisme affecte beaucoup plus sévèrement les femmes et c’est à ceux de les protéger, en les protégeant on veille à ce qu’elles puissent évoluer dans des environnements adéquats leur permettant de nous éclairer par la puissance de leur Féminin Sacré.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE
Abonnez-vous à ma Page Facebook Kugaruka, suivez-moi sur Twitter @kuseruka et Instagram @kugaruka

Tous les articles de Kugaruka sont légalement protégés en termes de Propriété Intellectuelle, de Droits d'auteur et de Copyright.


©Kugaruka