Le Principe Masculin à l'Épreuve du Féminin Sacré & du Néo-colonialisme

Dernière mise à jour : juin 8


Maurice Zadi ©Ghost



AVANT-PROPOS

La rédaction de cet article s'incrit dans une optique de remise en question de la masculinité telle que nous la connaissons dans un contexte kamite (noir), il ne s'agit en aucun cas de déprecier sa valeur, ni de dénigrer son fondement et encore moins d'utiliser le terme de masculinité toxique qui à mon sens est impropre aux hommes kamites et qui n'est autre que le corollaire du patriarcat occidental. Cet article est complémentaire à l'article intitulé Les Femmes à l'Épreuve du Principe Masculin & du Néo-colonialisme.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE

MISE EN CONTEXTE

Étant une Personne Intermédiaire, je suis autant sensible à l'énergie masculine que féminine raison pour laquelle je peux statuer en partie sur le Principe Masculin. J'ai donc décidé d'inviter un homme à venir se prononcer sur cette thématique. Il s'agit de Manizor Thiam, Grand Intellectuel, que j'ai rencontré au courant de la Saison V (2015) à l'UQÀM (Université du Québec à Montréal) pendant les élections de l'association des Étudiants Africains de l'UQÀM. À l'époque, nos relations n'étaient pas cordiales, je dirais même qu'elles auraient pu être antagonistes. Je me souviens d'une scène en Été dans le quartier mythique de Côte-des-Neiges à Tio'htià:ke (Montréal) en compagnie d'une de mes CP* de l'époque, où nous l'avions croisé. Je m'étais montré assez entreprenant-e à la vue de sa musculature, qui je dois l'avouer ne me laissait pas indifférent-e. Une saison plus tard, le même qui s'était montré réfractaire à mon approche beaucoup trop enthousiaste, avait accepté sans concession et avec sincérité que je lui fasse la bise sur la joue en guise de salutations et devant ses congénères qui étaient choqués. Vous n'êtes pas sans savoir que les Goorjigeen* sont plus que indexé-e-s au Pays de la Teranga et pour l'image de l'homme qu'il représente me faire la bise devant les siens était un acte de défiance et révolutionnaire. À propos de la bise, il faut savoir que je refusais que les hommes me saluent à la Booba, je trouvais cette forme de salutation agressive et d'une rigidité émotionnelle qui ne me correspondait pas. Je réclamais la bise et rien de moins et vous seriez surpris de constater que la majorité des hommes kamites de l'université se sont exécutés même les plus récalcitrants ont fini par me donner gain de cause en me faisant la bise. Je suis convaincue que c’était aussi plaisant pour eux que pour moi sinon, ils auraient refusé comme ce fût le cas de quelques égarés. J'ai exigé que mes CP reçoivent également le même traitement, ce qui a été le cas et j'en suis plutôt fier. Pour revenir à Manizor, j'ai agréablement été surpris-e par sa posture et sa nouvelle vibration énergétique lors de nos discussions furtives avant son départ pour le Sénégal, de nos conversations facebook et de l’appel téléphonique qui a précédé la rédaction de cet article. Ayant absorbé de nouveaux éléments révélateurs sur la façon dont il concevait la société et percevait les Hommes, les Femmes et les Personnes Intermédiaires, j'ai voulu qu'il collabore avec moi afin que vous puissiez comprendre sa dynamique et la complexité de sa réflexion par rapport au Principe Masculin à l'épreuve du Féminin Sacré et du Néocolonialisme.


CP* abréviation de Copine ou Copina est une expression Yahmessou [Ivoirienne] des Woubi [Féminin, en terme énergétique] et Yossi [Masculin, en terme énergétique]. Elle est utilisée pour désigner un ensemble d'individus se reconnaissant dans tous les aspects de l'identité féminine même si l'expression désigne principalement les Hommes-Femmes.


Goorjigeen* terme originellement employé en Wolof pour désigner les Personnes Intermédiaires et dont la traduction littérale est Androgyne. Le sens profond de ce terme a été dénaturé par la colonisation. Il est dorénavant perçu sous le prisme de l'occident et revêt aujourd'hui une connotation très négative.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE

LA PENSÉE COSMIQUE DE KUGARUKA

Kugaruka Nsoromma Ashé Sankofa, 15 Janvier 2017


J'entrevois le Principe Masculin comme une énergie fondamentale et aussi capitale que le Féminin Sacré. La façon dont l'homme est perçu au sein des Peuples-Nations Kamites le place comme la pièce maîtresse et non comme un élément faisant parti du puzzle. Son rôle de patriarche, guide-protecteur, souverain-empereur, de guérisseur-magicien est la contrepartie du Féminin Sacré. Cette énergie est celle qui a vu naître des puissants hommes qui ont contribué à la conception, l'édification, la consolidation, la libération, la guérison/résilience, la reconstruction et la pérennisation des Peuples-Nations Kamites. Pour que cette énergie masculine puisse atteindre sa plénitude, il faut qu'elle incorpore le Féminin Sacré. Cela peut sembler paradoxale de prime abord, mais c'est tout le contraire et je vais vous expliquer pourquoi. Les hommes qui n'intègrent pas cette notion pensent à tort qu'ils sont les seuls élus et agissent selon le modèle masculin occidental purement misogyne, sexiste et phallocrate. La prise en considération du Féminin Sacré comme l'ont fait nos prédécesseurs tels que Amilcar Cabral et Thomas Sankara permet de se rendre compte que la polarité féminine est une vision complémentaire à la polarité masculine. Une fois que les hommes prennent conscience de cet aspect, ils n'agissent plus en individualité, mais plutôt en binôme comme à l'image des couple Osiris et Isis, Menelik II & Taytu Betul, Kenneth et Mamie Clark, Jay-Z & Beyoncé, Nelson & Winnie, Barack & Michelle, Laurent Gbagbo et Simone Ehivet – le Couple des Gémeaux. J'évoque la particularité du Couple des Gémeaux dans l’un de mes récits cosmiques intitulé La Nation Yahmessou (Cliquez sur le lien). L'homme kamite avec sa vision centrale des éléments est un architecte-bâtisseur qui doit comprendre que son rôle n'est pas de déterminer celui de la femme kamite, mais plutôt d'officier à ses côtés en reconnaissant que son pouvoir n'est pas amoindri en sa présence, il est plutôt propulsé. Le Principe Masculin lorsqu'il fusionne au Féminin Sacré engendre une force cosmique incommensurable puissante au niveau mental, céleste, physique/psychique et bien évidemment sexuel.


Interagissez par un J'AIME, un COMMENTAIRE et un PARTAGE

LA RÉFLEXION TÉRANGA DE MANIZOR THIAM