ZOO – La Triade Intempestive

Dernière mise à jour : août 23

Dans cet article, je vais procéder au décryptage du court-métrage Zoo réalisé par le beau et talentueux WillNiava qui porte à l'écran le graphiste/mannequin Amos Nzamba. Le réalisateur a également sollicité la collaboration de Louis-Aka Trudel à l'enregistrement sonore et celle de Christian Atanga dont le nom figure dans les remerciements.

Z - Amos Nzamba, O - Ian Contreras, O - Brendan Sheehan, cliché immortalisé par ©Christian Atanga.


MISE EN CONTEXTE

Ce court-métrage montre de façon effarante comment les forces de l'ordre ont une approche hostile envers les kamites (noir-e-s), en l'occurrence lorsqu'il s'agit des hommes, systématiquement perçus comme une menace et des individus potentiellement dangereux qui doivent impérativement être maîtrisés.


Z


Z, interprété par Amos Nzamba, représente le chiffre 1 qui symbolise le commencement, l'individualisme, la solitude et l'ambition. Il est le premier des trois protagonistes que l'on entend et que l'on voit. Il est constamment plongé dans ses pensées qui sont imprégnées d'une forte mélancolie, d'une volonté émancipatrice et animées d'un désir inébranlable de réussite. Sa présence physique anime le trio même s'il semble absent, détaché de ses congénères et souhaite s'en départir. Il a parfaitement conscience du caractère peu recommandable de ses fréquentations puisqu'il en est lui-même à la tête. Reconnaissable par sa grande taille, ses dreadlocks, ses grandes et belles mains (oui je sais ce que vous pensez) qui égrène le cannabis, son personnage fait ressortir deux éléments automatiquement associés aux kamites (noir-e-s) et qui nous font mauvaise presse. Il s'agit de la perception négative du Cannabis et des Dreadlocks. Une mise au point s'impose pour rétablir un certain nombre d'éléments.


Cannabis

Le chanvre, la gandjah, ou la marijuana est une plante originaire d'Asie possédant des propriétés thérapeutiques et récréatives. Dans une conférence portant sur la Diète Alcaline l'éminent Dr. Sébi évoque sans ménagement les bienfaits du cannabis biologique et dans une entrevue accordée à Rhona Rho' Bennett dans le cadre de l'émission Perspective's Corner il nous met en garde contre la marijuana synthétique. Les recherches menées à ce sujet démontrent que le cannabis appliqué en médecine atténue les nausées et les vomissements. Le cannabis a une incidence bénéfique et significative dans le traitement de pathologies neurologiques telles que la sclérose en plaque, l'Alzheimer, parkinson, l'épilepsie, et d'autres maladies telles que l'anorexie, le glaucome, l'asthme allergique, les syndromes inflammatoires, les maladies cardiovasculaires et cancérigènes. Des produits dérivés du cannabis ont été utilisés et se sont révélés efficaces dans le traitement de maladies et de maux comme l'arthrose, l'hernie discale, la fibromyalgie, les règles douloureuses, la migraine et autres céphalées, les affaiblissements musculaires, les névralgies, la neurofibromatose, les douleurs post-zostériennes, les hernies hiatales et le lumbago. Les effets psychoactifs du cannabis agissent en tant que psychotrope sur le système nerveux central. La substance psychoactive prédominante de cette plante est le THC l'abréviation d'un kilométrique nom scientifique. Le pharmacologue Mohamed Ben Amar mentionne dans son article, Pharmacologie du cannabis et synthèse des analyses des principaux comités d’experts, que le caractère psychoactif du cannabis influence la psyché et engendre une : « sensation de bien-être et de satisfaction, l’impression de calme et de relaxation, la loquacité, la gaieté allant jusqu’à l’hilarité, l’insouciance, la sociabilité, l’augmentation de la confiance en soi, l’altération de la perception du temps, de l’espace et de l’image de soi, l’accentuation des perceptions sensorielles et les pensées magiques [...] ». Les effets indésirables du cannabis sont dus au surdosage dans sa consommation. Marie Paczesny mentionne que : « le risque majeur d’apparition de troubles chroniques n’est pas lié au cannabis lui-même mais à la façon dont il est consommé de nos jours, principalement sous forme de cigarettes ». Les effets secondaires observés sont les suivants : peur, anxiété, crises de panique, fatigue, trouble de la mémoire, de l'attention, de la réactivité, de la motricité fine et la coordination locomotrice. Le cannabis a aussi des effets physiques comme la diminution de la salive, la sècheresse de la bouche et de la gorge et l'augmentation du rythme cardiaque. Les effets à long terme de la consommation du cannabis qui ont été décelés se situent au niveau du psychisme, des capacités intellectuelles, de la tolérance, de l'accoutumance et de l'effet rebond tout ceci en fonction du métabolisme et du système immunitaire de chaque individu. Vous vous rendez bien compte que le cannabis est une plante possédant des vertus curatives et c'est d'ailleurs le cas d'une multitude de plantes qui occupent une place prépondérante au sein des peuples-nations kamites (noir-e-s). L'écologie sacrée comme le mentionne le Pr. Doumbi Fakoly est fondamentale dans la médecine et la spiritualité. À titre d'exemple l'Artemisia est une plante médicinale qui a déjà fait ses preuves dans la guérison de la Malaria et qui a été utilisée dans la fabrication du Covid-Organics un remède développé par Madagascar pour lutter contre le coronavirus. La plante d'Iboga est une plante vitale indispensable dans les cérémonies du Bwiti au Gabon permettant aux personnes qui l'expérimentent de découvrir leur véritable identité, d'être en connexion avec leurs ancêtres et de fusionner avec le cosmos. Les plantes font partie intégrante de la création et nous devrons veiller à les protéger et les utiliser avec précaution parce qu'elles sont des êtres-vivants connectés de façon permanente à la source divine.


Dreadlocks

Les mèches de la peur font écho au mouvement Rastafari, à l'empereur Haïlé Sélassié, à la Jamaïque, au légendaire Bob Marley, au Cannabis et à la musique Reggae. Tous ces éléments additionnés ensemble et diffusés à grande échelle dans les médias sous l'œil de l'occident contribuent à alimenter des préjugés tenaces qui nous portent préjudice. Ils sont perçus par bon nombre de personnes y compris par plusieurs d'entre nous comme une coiffure qui serait inesthétique, considéré comme inapproprié en milieu professionnel et constituant par la même occasion la marque de fabrique d'individus dont la préoccupation première est la seringue. Lorsqu'on effectue des recherches approfondies sur le sujet l'on constate la profondeur esthétique et cosmique que nos ancêtres accordaient à nos cheveux/nos coiffures et ainsi qu'à la valeur symbolique qu'ils représentaient.

O


O interprété par Ian Contreras représente le chiffre 2 qui symbolise l'association, la collaboration, le duo, l'union et le partenaire. Il est en quelque sorte le stabilisateur du trio, il est le bras droit de Z, sa position de passager avant en est l'illustration parfaite. Il est le témoin privilégié de l'escalade verbale puis physique entre Z, O et l'agent de police sans pour autant y prendre part activement. La raison est simple il est celui qui enregistre la scène à l'aide de son cellulaire. C'est le lieu de rappeler l'importance capitale des nouvelles technologies de l'information et de la communication. Les réseaux sociaux sont des catalyseurs qui permettent de révéler des talents cachés, d'accéder à la gloire, de s'enrichir et aussi de dénoncer des exactions et des régimes sanglants. Nous avons vu un nombre incalculable de vidéos diffusées sur internet montrant les kamites (noir-e-s) se retrouvant dans des postures désastreuses à cause de la police. Ces images réveillent en nous une colère vive et une forte amertume.


O


O interprété par Brendan Sheehan représente le chiffre 3 qui symbolise la communication, les échanges, les petits déplacements et les activités multiples. Il complète le trio, son caractère belliqueux, rebelle, provocateur et agitateur sème le trouble autour de lui. Il n'hésite pas à voler de la nourriture, à narguer les passagers d'une voiture avoisinante sous l'œil bienveillant de Z et les encouragements de O. Il est celui qui confronte de façon frontale, verbale et physique l'agent de police. Il est également animé d'un esprit de vengeance mortifère lorsqu'il croit que Z a rejoint l'au-delà et veut en découdre avec l'agent de police. Son rôle dans le court-métrage peut-être considéré comme celui d'un allié. On pourrait faire un parallèle avec Joe Slovo ayant milité aux côtés de Nelson Mandela et Winnie Madikizela au sein de l'Umkhonto We Sizwe la branche paramilitaire de l'ANC dont l'objectif était d'anéantir par la guérilla le régime de l'apartheid. Les occidentaux qui voudraient prendre part aux luttes émancipatrices des peuples-nations kamites (noir-e-s) ne devraient en aucun cas se substituer à nous en se mettant au devant de la scène au risque de s'approprier nos luttes et d'alimenter le fameux syndrome du sauveur blanc qui nous porte ombrage lorsque nous devons rétablir la vérité historique de nos peuples-nations kamites (noir-e-s).


PROTÉGER & SERVIR


L'agent de poli